À l’automne 2015 mon frère s’est fait arrêter après un été tumultueux qui m’a presque rendu fou.

Peu de temps après son arrestation, notre père est décédé. Ma sœur et moi étions présents lors de son décès à l’hôpital (ainsi que la blonde de mon père et mon oncle). Nous sommes ensuite allés chez mon père pour être ensemble et discuter. J’ai appelé mon frère à la prison de RDP. On ne peut normalement pas le faire mais dans des cas spéciaux, ils prennent le message et mon frère a été capable de nous rappeler à partir d’un bureau de la prison. La première chose qu’il a demandé : “Est-ce que vous avez trouvé le testament?” Je lui ai répondu que oui (ma sœur savait où il était et l’avait dans les mains). Deuxième question : “Combien je vais avoir?”

Je n’en avais aucune idée. Je n’avais même pas pensé à ça. La dernière chose que mon père avait faite, pendant qu’il était malade, était d’amener mon frère en thérapie. Il était allé le chercher à Mont-Tremblant (mon père habitait près de Québec) et l’avait ramené dans Lanaudière. Mon père était déjà malade et près de la mort. Il a aussi payé pour la thérapie de mon frère et celui-ci s’est “sauvé” après quelques jours en disant que les gens là-bas lui auraient dit qu’il n’en avait pas besoin. Vraiment il nous prend pour des imbéciles. Au lieu de se sentir mal pour la dernière chose qu’il avait faite à mon père, il s’est informé sur combien d’argent il aurait.

* * * * *

À l’hiver 2018, mon frère était en prison et une personne est venue me visiter pour faire une enquête communautaire à mon propos. Mon frère avait peut-être dit qu’il aimerait passer une fin de semaine chez moi ou voulait venir habiter chez moi à sa sortie.

Les questions ont commencé :

Elle : “Est-ce que ton frère peut venir habiter chez toi à sa sortie?”

Moi : “Non.”

Elle : “Pourquoi?”

Moi : “Mon frère n’est pas capable d’arrêter de consommer lorsqu’il est en prison, je ne crois pas que ça va changer lorsqu’il va sortir. C’est beaucoup plus facile de ne pas consommer en prison et il en est incapable. Je ne lui ferais pas confiance chez moi lorsqu’il consomme. Il a assez volé de mes affaires (et dans les sacs à main de mes blondes) lorsqu’on habitait chez mes parents et ça a continué toute ma vie.” En fait il m’avait déjà volé environ 30 000$ (oui trente mille) en 2002.

La conversation a continué comme ça. Il était clair pour moi que mon frère n’était pas prêt à sortir de prison. Ces gens n’avaient pas le choix de le laisser sortir car il en était à sa libération d’office (le deux tiers de sa sentence). Par contre je les avais avisés que mon frère avait besoin d’aide à sa sortie.

* * * * *

Plus tard, mon frère m’a dit qu’on l’avait avisé qu’il irait en maison de transition. Il n’avait pas d’endroit où aller et on lui avait dit qu’on le “dépannerait” le temps qu’il se trouve un endroit ou vivre, des meubles, etc. Ça me rassurait parce que je me disais qu’il serait surveillé un peu au début. Dans une maison de transition, on s’apercevrait assez vite s’il consommait.

Deux jours avant sa sortie son agente l’a avisé qu’il n’y avait pas de maison de transition. Elle lui a dit que s’il ne trouvait pas d’endroit où aller, il devrait aller à Mission Old Brewery. Disons que ce n’est pas le meilleur endroit pour quelqu’un qui a des problèmes de consommation. Il m’a appelé tout stressé. Il fallait que je lui trouve un endroit de toute urgence. Il devait m’appeler le lendemain matin parce qu’il devait donner sa nouvelle “adresse” à son agente avant de sortir.

J’ai passé des heures à essayer de lui trouver une chambre. Il y avait bien quelques places “spécialisées” mais c’était dans Hochelaga Maisonneuve, pas un bon quartier pour lui. Le matin où il devait m’appeler, j’ai continué à faire des recherches. C’était stressant car je trouvais des endroits sans trop savoir si c’était un bon quartier, etc. J’attendais qu’il m’appelle pour que je sache quel endroit choisir et aller visiter, etc.

Il ne m’a appelé que le soir pour jaser de sa sortie. Il avait oublié ce qu’il m’avait demandé car ce n’était plus un problème pour lui, il allait habiter chez son ex, la dame stressante dont j’ai déjà discuté. Pas une bonne nouvelle mais ce n’est pas mon problème. S’il veut se rendre fou, c’est son problème.

C’est souvent le problème avec les consommateurs, même quand il ne consomme pas. Si ça ne les concerne pas, ça n’existe pas. Tout tourne autour d’eux. C’est peut-être un mécanisme qu’ils développent avec le temps. S’ils devaient vivre avec la culpabilité de ce qu’ils font, ils deviendraient fous. Alors ils font comme si ce n’était jamais arrivé.

* * * * *

Mon frère a hérité d’environ 85 000$ pendant qu’il était en prison. À sa sortie il n’en restait qu’environ 18 000$. En prison il disait qu’il NE POUVAIT PAS manger ce qu’on lui donnait. Il appelait ma sœur sans arrêt pour avoir de l’argent (c’est elle qui gérait l’héritage). C’est aussi quelque chose que je ne comprends pas, ce besoin de dire qu’il n’avait pas le choix. Pourtant tout le monde autour de lui se débrouillait sans ça. La bouffe que la prison donne est OK. J’ai été en prison et je faisais de l’argent. Je mangeais ce qu’on me donnait, j’allais à l’école et on me payait pour ça. Après 10 mois j’avais environ 500$ dans mon compte de cantine (mon frère m’en a quand même volé une partie).

Bien entendu, il y avait un autre problème. L’argent ne servait pas qu’à la nourriture. Il se droguait et “investissait” dans toutes sortes de trucs louches qui ne fonctionnaient pas. Il achetait des blagues de tabac pour très cher et il vendait des cigarettes (le tabac est illégal en prison). Il payait ses dettes mais personne ne le payait pour les cigarettes. Il a été presque trois ans en prison et il n’a toujours pas compris. Il fallait qu’il embarque dans toutes sortes de magouilles alors qu’il n’avait pas besoin d’argent.

* * * * *

Je suis allé le chercher à sa sortie de prison à Drummondville. J’ai loué une voiture et je l’ai ramené à Montréal. Premier arrêt : Place Versailles. Ça lui prenait un téléphone, bien entendu un iPhone avec super forfait. Il s’est aussi acheté un “clipper” à environ 100$. Il en avait BESOIN.

Il est ensuite parti chez son ex. Je ne comprends pas cette femme non plus. Elle le voulait encore malgré tout ce qu’il lui avait fait. Elle venait le visiter à la prison même lorsqu’elle avait d’autres amoureux.

Il ne pouvait pas vivre avec elle. Il était maintenant habitué à vivre seul et elle était encore avec son fils qui ne s’était pas amélioré. Il a 19 ans, ne va pas à l’école et ne travaille pas (et ne se cherche pas d’emploi). Il sort avec des amis presque tous les jours et rentre aux petites heures en chantant et criant.

* * * * *

Après quelques semaines stressantes, mon frère s’est trouvé un très bel appartement. Ça a été difficile car son crédit n’était pas bon. Il me disait “je ne sais pas pourquoi, j’ai toujours bien payé mes loyers.” Ben oui, quand tu habitais avec des femmes, elles payaient le loyer; quand tu étais à Mont-Tremblant, tu t’es fait mettre dehors de deux logements en un été.

Il a commencé à magasiner pour meubler son appartement. Deux climatiseurs, une télé 50 pouces, un sofa neuf, Netflix, câble Vidéotron, Internet, super ordinateur Apple… Il avait BESOIN de tout ça, personne ne pouvait vivre sans ça. Et pour la nourriture c’était des pâtés aux fruits de mer, etc. Ben voyons, c’est le strict minimum, on ne peut survire sans crevettes et pétoncles. Il avait aussi besoin de rénover l’appartement et mettre une douche téléphone pour pouvoir nettoyer partout sans se pencher et frotter dans la baignoire.

Il m’a demandé de faire des achats pour lui car il n’avait pas de carte de crédit. Un haut-parleur Bluetooth Bose, une licence Microsoft Office, une enquête de crédit pour son appartement, etc.

En deux mois il avait dépensé le reste de son héritage. C’était prévisible, il en avait déjà dépensé la majeure partie dans un endroit où ça ne coûtait rien pour vivre. Une chance qu’il recevait aussi le BS, ça payait (à peine) le loyer.

* * * * *

Ça me fait dire que quelqu’un qui a un problème de consommation, ce n’est pas que ça. C’est aussi quelqu’un qui ne se rend pas trop compte des conséquences de ce qu’il fait. C’est comme un dédoublement de personnalité. La personne qui est dans le présent veut quelque chose et se fout complètement de la personne “demain”, comme si c’était quelqu’un d’autre. C’est aussi un autre symptôme, ces personnes se foutent complètement des autres et des conséquences des leurs actes chez leurs prochains. “Je me fous de mon père, mon frère, ma sœur, etc. pourquoi je devrais m’inquiéter de la personne que je serai demain?”

* * * * *

Après quelques semaines il s’est mis à me dire que son ex(?) blonde le rendait fou et qu’il avait commencé à regarder sur des sites de rencontres en ligne. Je lui ai parlé de Reseaucontact et comment ça fonctionnait. Je lui ai dit d’être prudent car il plaît aux femmes et je savais qu’il recevrait beaucoup de messages. Ça devient étourdissant lorsqu’on reçoit beaucoup de messages alors qu’on ne comprend pas trop pourquoi.

Mon frère m’avait dit qu’on l’avait diagnostiqué bipolaire et qu’il prenait du lithium et qu’il n’était pas comme avant. J’avais remarqué que quand je lui parlais, il ne comprenait pas vite. Sa mémoire à court terme n’était pas normale non plus.

Un samedi on discutait sur Skype et il m’a montré des photos de dames qui lui avaient écrit. Il était tout excité pour des femmes qui me laissaient complètement froid. Quand une dame de plus de 50 ans fait un “duck face” (en fait, peu importe l’âge), ça ne me plaît pas du tout. Il me parlait de celle-ci (pas celle de la photo) en me disant toutes sortes de choses pas très classe. “Je vais lui faire ceci et cela, etc.”

Selon lui, il avait rendez-vous avec elle le soir même.

Le lendemain matin il m’a appelé sur Skype vers 10h30. Il s’est mis à me raconter qu’il a passé la nuit à “baiser”. Il m’a dit que la dame en question est une sal**, bla, bla, bla…

Pendant qu’on discutait, il a continué à recevoir des messages de dames sur Reseaucontact. Il me les montrait sur Skype. Une d’entre elles lui avait envoyé des photos d’elle. Il me les a montrées et s’est mis à crier : “c’est la sal** que j’ai f** hier!” Je savais que ce n’était pas le cas. La dame en question ne ressemblait pas du tout à celle de la veille. Surtout que je voyais sur son écran que celle qui venait de lui envoyer des photos lui avait écrit pour la première fois ce matin-là. Ce n’était certainement pas la même que celle de la veille.

Je donc demandé à mon frère s’il était sûr qu’une femme était venue chez lui la veille et il n’en était plus sûr du tout. Il m’a dit qu’il avait peut-être tout imaginé.

Je lui ai demandé de regarder à nouveau ses messages sur Reseaucontact pour lui montrer que ce n’était pas la même femme que la veille. Il m’a demandé comment car il ne se souvenait plus comment faire. Je lui ai expliqué à quel endroit cliquer sur l’écran, etc. Lorsqu’il est arrivé sur le message en question, il s’est remis à crier : “c’est la sal** que j’ai f** hier!” Wow! Il était plus atteint que je croyais. Ça a pris trois fois le même manège pour réussir à lui expliquer que ce n’était pas la même femme, si jamais il y en avait eu une la veille. Je suis pas mal sûr qu’il ne s’en souvient pas.

Je ne sais pas trop ce qui me dérangeait le plus, qu’il était devenu sénile ou qu’il parlait des femmes de cette façon.

Il m’a ensuite dit quelque chose qui ne m’a pas surpris  : “Je m’excuse je suis saoul un peu”. Comme si je ne m’en étais pas aperçu. À 10h30 le matin.

C’était pourtant clair dans ses conditions, il n’avait pas le droit de boire. À ce moment j’étais sûr qu’il retournerait en prison. Je m’en doutais même avant qu’il sorte mais maintenant, il n’y avait plus de doute.

Le lendemain il m’a dit qu’il avait passé la journée à faire le ménage parce qu’il y avait de la bière sur les murs et il avait vomi dans son lit. La grande classe.

* * * * *

Pendant ce temps-là son ex continuait à venir chercher ses vêtements pour les laver, elle lui préparait des repas, etc. Il lui avait pourtant dit qu’il communiquait avec d’autres femmes.

Il s’est mis à communiquer plus sérieusement avec une d’entre elles, une femme de carrière qui semblait avoir une tête sur les épaules. Mon frère la trouvait à son goût et un jour il lui a tout dit sur lui. Ça l’a surprise et il n’a plus eu de nouvelles d’elle pendant quelques jours. Elle a fini par le rappeler. Elle voulait le rencontrer. Mon frère a ce pouvoir sur les femmes, elles font des folies pour lui. Elle est venue à son appartement et elle est tombée de haut. Mon frère tremblait car il avait trop faim (il dépensait son argent pour de l’alcool et des cigarettes). Elle est allée avec lui chez Tim Horton pour lui acheter quelque chose à manger. Elle est ensuite partie.

Elle l’a quand même rappelé après quelques jours. Mais il était trop tard. Mon frère n’avait plus le contrôle de sa vie.

* * * * *

Dans le milieu de la nuit d’un dimanche son ex s’est mise à m’envoyer des messages. Il se serait ouvert les veines et elle aurait appelé une ambulance qui l’aurait amené à un hôpital. Pendant deux jours j’ai essayé de trouver où il était sans succès. Il a fini par m’appeler pour me dire qu’une ambulance était venue le chercher et l’avait amené à l’hôpital. Il était fâché après son ex car, selon lui, il n’avait rien fait, elle aurait tout inventé.

C’est quand même bizarre. Cette fois-là des ambulanciers et des policiers s’étaient présentés à sa porte et ce n’était pas la première fois. Quand il est saoul, il crie et dit des niaiseries. La police était venue plusieurs fois. Et pourtant son agente de libération conditionnelle n’était au courant de rien. Mais c’est quoi la job de ces policiers? Ils se sont présentés à l’appartement de mon frère et n’ont jamais essayé de l’identifier? S’ils l’avaient fait, ils auraient bien vu que mon frère était en liberté conditionnelle et qu’il n’avait pas le droit de boire.

Le lendemain il m’a appelé. Il avait eu une rencontre genre thérapie de groupe et le responsable s’était aperçu qu’il avait des cicatrices aux poignets. C’était donc vrai qu’il avait tenté de se couper les veines. Son agente ne voulait pas le laisser partir mais il l’a convaincu que tout serait OK car quelqu’un viendrait passer les nuits avec lui (une autre ex).

Il m’a raconté qu’il avait encore eu beaucoup de ménage à faire dans son appartement car il y avait du sang partout.

Sa dernière semaine de liberté, en août 2018, il m’a appelé tous les jours pour avoir de l’argent pour manger. Je lui avais déjà dit que c’était fini mais je savais qu’il n’en avait plus pour longtemps. Je lui envoyais entre 10 et 20$ par jour. Au pire ça se terminerait le vendredi car je partais en vacances pour une semaine à un endroit où il n’y avait pas de signal pour le téléphone.

Cette semaine-là il a dû retourner deux fois chez Videotron pour obtenir un autre téléphone. Il assez charmeur qu’il a réussi à en obtenir un autre à chaque fois même si ça faisait un mois qu’il n’avait pas payé son compte. Mais il devait de plus en plus d’argent à Videotron. Il a beau être charmeur, ces gens ne donnent pas les téléphones.

Ce vendredi-là il s’est mis à envoyer des messages à Johanne, la dame avec qui il avait fait sa rechute en 2015. Il était si atteint qu’il mettait ses demandes sur son mur facebook à lui. Il la suppliait de l’appeler, etc.  C’est sûr qu’elle ne les voyait pas car elle n’était pas son “amie” facebook. Eh oui, mon frère a maintenant trois comptes facebook car il oublie toujours ses mots de passe.

À mon retour de vacances, il était en prison. Deux de ses ex m’avaient laissé plein de messages. Je leur ai répondu de s’arranger. J’avais déjà donné.

Il m’a appelé à partir de la prison pour avoir de l’argent et j’ai refusé. À cause de mes problèmes avec Revenu Canada, j’avais dû refuser mon héritage et c’est ma fille qui l’avait eu. Je n’avais pas un sou. Mon frère m’a demandé de demander l’argent à ma fille. Ben oui, tu lances ton héritage par les fenêtres et maintenant tu veux que ma fille t’en donne pour que tu puisses continuer à le faire. Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans sa tête. Je peux comprendre qu’il souffre de maladie mentale mais là c’est juste un manque d’intelligence émotionnelle. Il a ensuite eu l’audace de me dire qu’il avait hâte de sortir de prison pour recommencer à boire : “Je ne dérangeais personne”. Wow! Il y avait deux ex qui s’occupaient de lui, il fallait que je lui envoie de l’argent, il a perdu deux téléphones la même semaine et il pense que c’est une façon normale de fonctionner en société.

Je lui ai écrit et j’ai mis les choses au clair. Je ne voulais plus avoir de ses nouvelles tant qu’il continuait à agir de cette façon. Ce n’était plus à moi de régler les conséquences de ses choix.

Ma soeur m’a dit plus tard que mon frère était fâché de la lettre que je lui avais envoyée. Il ne savait pas que tout ce qu’il m’avait fait m’avait dérangé. Ai-je quelque chose qui cloche? Il me semble que si j’avais volé de l’argent à quelqu’un toute sa vie surtout à des moments où sa situation financière était précaire, je m’apercevrais, sans qu’on me le dise, que ça dérange. Si j’avais déçu quelqu’un des dizaines de fois, que je m’étais fait passer pour lui pour le voler encore plus, que j’avais volé l’argent de ses blondes, que je lui avais menti, j’aurais la décence de m’apercevoir que je déçois.

* * * * *

Il est sorti de prison il y a une couple de mois. Il ne m’a pas appelé mais il s’est mis à faire des trucs louches avec un client qu’il avait auparavant et dont je m’étais occupé pendant ses folies. Mon frère m’a enlevé les accès au compte du client et a fait planter le site. Je faisais environ 130$ par année avec ce client que je n’aimais pas vraiment alors quand il m’a contacté parce qu’il avait des problèmes, je lui ai dit de s’organiser avec mon frère.

Mon frère a fini par m’appeler parce qu’il ne savait plus comment résoudre le problème. Je l’ai aidé un peu mais je ne voulais plus communiquer avec le client. Mon frère m’a dit qu’il était retourné vivre avec son ex. Il m’a raconté que la psychiatre avait changé sa médication et que maintenant il allait super bien. Ses derniers messages me faisaient douter de ça. Disons que ses facultés mentales faisaient des montagnes russes.

Je n’ai pas eu d’autres nouvelles de mon frère…

Sauf hier. Il m’a écrit pour me demander de l’argent. Il disait qu’il avait faim, qu’il avait besoin de 20$ pour manger et qu’il me le rendrait le premier du mois. Il reste plus de 10 jours au mois. Ça va ne lui coûter que 20$ pour manger jusqu’à la fin du mois? Jamais son ex ne le laisserait mourir de faim, elle est trop folle de lui.

C’est sûr qu’il a encore fait une connerie. Les Services correctionnels ne peuvent plus l’aider, sa sentence est finie. Ça va seulement prendre un peu plus de temps avant qu’il retourne en prison.

J’ai enlevé mon adresse de mon site web pour ne pas qu’il arrive ici pour me demander de l’argent ou pire. Il a déjà volé mon portefeuille et appelé Visa en se faisant passer pour moi pour faire augmenter la marge.