Depuis quelques semaines il semble qu’il m’arrive des événements les uns après les autres qui ne me plaisent pas.

Je ne relaterai pas tout.

J’ai remarqué que les gens sont très impatients sur la route et qu’ils mettent en danger la vie des autres. La plupart du temps je suis à pied et il y a souvent des incidents qui me fâchent plus qu’ils ne me font peur :

  • En plein hiver lorsque la chaussée était glissante, le conducteur d’une voiture a décidé de monter sur le trottoir plutôt que de frapper la voiture devant lui. Je marchais tranquillement sur le trottoir en me mêlant de mes affaires en croyant que j’étais en sécurité lorsque cette voiture a frappé le côté du trottoir et s’est envolé avant d’atterrir à 3 pouces de moi et a continué en sautillant d’un côté à l’autre.
  • Fréquemment j’arrive à un coin de rue où il y a un petit bonhomme blanc allumé pour me dire que je peux traverser à pied et une voiture qui arrive en face de moi décide de tourner à gauche sans regarder. Il m’est arrivé d’avoir à me jeter vers l’arrière sinon je me faisais endommager plus que la voiture ne l’aurait été.
  • Je me suis fait couper le chemin plusieurs fois lorsque j’étais à vélo et j’ai déjà frappé une voiture qui m’a coupé et me suis retrouvé sur l’asphalte. Une chance que je suis souple comme une anguille (not!).

La semaine dernière ma copine m’a prêté sa voiture et je l’ai stationnée devant chez moi. Malheureusement il y a des gens qui décident que cette rue à une voie en est une à deux voies qui leur permettent de dépasser tout le monde par la droite. Une voiture a frappé le miroir de la voiture (évidemment je ne sais pas qui c’est). Bien entendu je ne m’en suis aperçu que lorsque je l’ai prise pour la rapporter chez elle. Je sais qu’elle aime sa voiture alors ça me stressait beaucoup. Je lui ai dit ça le dimanche matin parce qu’elle devait s’en servir. Elle n’était pas contente.

Lundi j’ai trouvé une pièce usagée et je l’ai fait venir pour l’installer moi-même.

Mardi mon avocat fiscal m’a écrit pour me dire que lundi prochain on aurait une “conférence de gestion” avec la partie adverse (le ministère de la justice qui représente la Reine dans un dossier d’impôt) et qu’on devrait se rencontrer avant pour en discuter.

C’est le genre de truc où les deux parties s’entendent sur des faits pour ne pas que le procès s’éternise. Dans ce cas-ci, la partie adverse nous demandait d’admettre, par exemple, que les montants qu’ils avaient pour des transactions bancaires étaient conformes. Sinon il faudrait qu’il assigne quelqu’un de la banque pour témoigner que tout était correct.

J’ai répondu immédiatement à mon avocat : “Dites-moi quand et où et j’y serai”.

Mardi et mercredi : pas de réponse de l’avocat.

Jeudi je suis allé chercher la pièce pour remplacer le miroir. J’ai passé l’après-midi là-dessus. Il fallait que je démonte l’intérieur de la porte. Il fallait aussi que j’enlève le miroir lui-même de son châssis parce que “l’enveloppe” du miroir était une autre couleur. J’étais content parce que tout s’est bien passé… jusqu’à ce que je replace le miroir en place. Il s’est cassé alors que je tentais de le remettre à sa place. J’étais vraiment découragé. J’imaginais encore le stress de ma copine. Pour elle c’est comme si sa voiture était une personne. Alors tout ce qui lui arrive c’était comme si ça arrivait à un de ses enfants.

C’était trop. Je suis toujours calme en apparence dans ces conditions mais ça se bouscule à l’intérieur. J’ai décidé de commander seulement le miroir sans toute l’enveloppe car maintenant il n’y avait que ça de brisé. Sur le site où on pouvait commander la pièce on me demandait le VIN (Vehicle Identification Number).

Pendant que j’étais penché à côté de la voiture pour prendre le VIN de la voiture de ma copine, une voiture est arrivée et m’a frappé dans le dos. Je me suis retrouvé à plein ventre à terre. C’est sûr que j’ai crié quelque chose de pire que “flûte”. Quand je me suis relevé j’ai vu un VUS blanc qui s’est arrêté et est reparti en me laissant là.

Ça m’a tellement fâché que j’ai appelé 911. La dame qui a répondu m’a tellement posé de question que je ne me souvenais plus correctement du numéro de plaque. Un camion de pompier est arrivé avec la sirène et les lumières qui m’aveuglaient. 4-5 pompiers sont sortis en me posant des questions. Tout de suite après, une ambulance suivie de près par une voiture de police. J’étais étourdi par tous ces gens qui me posaient des questions.

Les policiers m’ont dit que c’était à moi de décider si je voulais poursuivre la personne qui m’avait frappé. Je leur ai répondu que je m’en foutais, que pour moi c’était fait. J’aurais juste aimé que la personne soit avisée de ce qui s’était passé pour qu’elle se calme un peu.

Il fallait que j’annonce à ma copine que son miroir était encore pire qu’avant et que je m’étais fait frapper…

Depuis j’ai mal à l’épaule et j’ai de la difficulté à bouger mon bras dans certaines positions.

Plus tard le jeudi soir mon avocat m’a répondu que le plus simple serait qu’on se rencontre une heure avant. Une heure avant quoi? Je ne sais pas. Où? Je ne sais pas. C’était pourtant deux questions faciles à répondre. C’est le genre de trucs qui me fait capoter. Ce sont deux questions simples et importantes et je me fais répondre n’importe quoi.

Je lui ai répondu : “D’accord pour une heure avant mais j’aimerais savoir quand et où”. Dimanche soir et toujours pas de réponse.

Depuis jeudi je suis inquiet. C’est l’accumulation de toutes ces choses mais surtout ce qui se passe avec cet avocat. J’en ai eu des avocats qui me promettaient toutes sortes de choses et qui agissaient ensuite en dépit du bon sens. J’en ai passé des années à ne pas dormir la nuit et je dois avouer que j’en ai perdu la raison à essayer de comprendre comment ces gens pouvaient agir ainsi tout en s’imaginant que tout était normal. J’ai peur que ça m’arrive encore.

Dans la nuit de vendredi j’ai eu un rêve où j’étais au cinéma et tranquillement quelqu’un a construit des murs devant l’écran. Je ne comprenais pas pourquoi on nous empêchait de voir l’écran alors que nous étions au cinéma, jusqu’à ce que je m’aperçoive que j’étais le seul derrière ces murs et que je me demande si j’étais devenu fou. Depuis le début j’étais seul dans cette pièce et j’avais tout imaginé. Wow! C’est trop ce que j’ai vécu lorsque je faisais affaire avec des avocats.

Je vis ce “flottement”, il faut que je me dissocie de ce qui se passe pour me protéger. Je l’ai trop vécu :

J’ai fait comme d’habitude, j’ai déconnecté mon cerveau.

J’ai fait comme d’habitude, je me suis enfermé dans ma bulle pour ne plus ressentir la douleur des menottes, l’humiliation, la rage, la tristesse, la faim.

Le problème est que je faisais ça lorsque j’étais en prison, lorsqu’on me transférait d’une prison à une autre etc. Maintenant on s’attend à ce que je continue à faire mes activités “normales” alors que je n’ai que deux choix :

  • je ne fais que penser à tous les problèmes que j’ai vécus avec tous ces avocats qui m’ont menti et raconté des histoires et je retombe dans cet univers parallèle ou je doute de ma santé mentale;
  • je fais semblant que tout ça n’est pas en train d’arriver, je me détache de tout et j’oublie ce qui se passe et qui ne fait pas de sens.

Depuis je vois les choses comme si elles ne m’appartenaient pas, comme si elles concernaient quelqu’un d’autre. Ça me touche moins mais ça ne me permet pas de vivre une vie normale. Pourtant ce n’est pas productif. Je me dissocie de tout et je ne fais rien.

Je suis épuisé, c’est trop.