Il y a quelques semaines j’écoutais une chaîne web de “streaming” de musique (Songza, Spotify, Deezer etc.) Je ne connaissais pas cette chanson mais le début m’a rappelé de mauvais souvenirs.

Attention! The following inmates, when names are called will be transfered due to overcrowding conditions.

Il semble que ce soit une normalité au Québec où on transfère des gens tous les jours car ils peuvent attendre en moyenne environ deux ans pour avoir un procès (j’ai vu plus de 4 ans et dans mon cas presque 5 ans). Cette “moyenne” semble être le double de la moyenne canadienne (123 jours au Canada et 238 jours au Québec). Dans ce dernier cas on parle de traitement du dossier et non pas un procès. Les procès prennent beaucoup plus de temps.

Lorsque j’étais à Rivière-des-Prairies, j’entendais cet appel tous les matins. On savait que toutes les prisons étaient pleines alors on se demandait vraiment pourquoi on envoyait des gens de Montréal à Québec et que le même jour, il arrivait des gens de Québec. Il y avait un gars dans mon secteur qui devait régulièrement passer à la Cour à Montréal et sa famille était à Montréal. Pourtant on le retournait toujours à Québec et on le ramenait à Montréal lorsqu’il avait une audience. Après deux semaines, on le renvoyait à Québec. Il était en train de devenir fou. Ça ressemble à la “diesel therapy” des américains.

Un jour un gars est arrivé dans ma cellule avec toutes ces choses dans des sacs. Il m’a dit:

“Je ne déballe rien, ils vont me transférer dans deux semaines. Ils me font ça depuis un an.”

C’est ce qui est effectivement arrivé.

C’est bizarre comme certains sons ou mots peuvent me ramener en arrière, à un endroit pas plaisant. En même temps ça me rappelle d’où je viens et comment je dois être reconnaissant de ma vie. Je m’étais tant promis que j’apprécierais chaque seconde de cette nouvelle vie, cette vie, cette “liberté”.