La semaine dernière les médias se sont tous lancés sur une nouvelle qui n’en était pas une. Magnotta aurait raconté quelles étaient ses conditions carcérales. Selon lui ce serait comme un campus universitaire :

  • Les portes des cellules débarrées 90% du temps.
  • Des soirées “pizza party”.
  • Il se fait bronzer!
  • Il écoute de la musique!
  • La nourriture est super bonne et copieuse.
  • Il a écrit à un de ses correspondants qu’il pourrait passer une fin de semaine avec lui dans une « roulotte ».
  • Il se fait des soins de la peau.

Bien entendu la toile s’est enflammée. Il y a des gens qui sont prêts à partager n’importe quelle information qui les conforte dans leur haine envers une catégorie de gens, peu importe si ça a du sens. Une personne qui se fait passer pour un agent correctionnel sur facebook (Correctionnellement VOUS) a commenté :

« Au Québec, l’enfer des personnes agées et le paradis pour les criminels… »

Je ne comprends pas trop cette obsession, ce besoin de comparer les conditions des prisonniers avec celles des personnes âgées. Tant qu’à ça on pourrait se plaindre qu’il y a des gens dans les hôpitaux logés, nourris, soignés alors qu’il y a des gens qui ont faim et qui meurent de froid dans la rue. Ce n’est pas parce qu’une situation ne fait pas de sens qu’il faut la reproduire partout.

Et je peux dire qu’une personne qui termine sa vie en prison ne l’aura pas plus facile que dans un CHSLD ou un hôpital. Et il faut oublier les visites de sa famille à son chevet pendant des jours. Elle va mourir seule.

Quelqu’un avec le moindrement d’intelligence sait que ce que raconte Magnotta n’a pas d’allure. C’est un psychopathe. Il me semble que quelqu’un qui prétend travailler en prison sait que la prison n’est pas un paradis. Je ne comprends pas trop cet imbécile qui raconte que les conditions carcérales sont parfaites alors que les syndicats d’agents correctionnels fédéraux et provinciaux se plaignent officiellement des conditions carcérales.

Bien entendu il y a des gens (comme l’imbécile mentionné plus haut) qui se plaignent que les criminels sont logés, nourris, soignés, blanchis etc.

Cet argument de « logé » me fait mal tant je me tords le cerveau pour tenter de comprendre comment quelqu’un peut être assez con pour dire une telle chose (surtout un gardien de prison). On met une personne en prison (habituellement contre son gré) et ça implique de le mettre entre quatre murs, un plancher et un plafond. Ensuite on reproche à la personne incarcérée d’être logée? Ben voyons, c’est n’importe quoi!

Et il me semble que lorsqu’on enferme une personne, la moindre des choses est de la nourrir. Il y aurait un moyen d’arranger ça. Si on faisait travailler les personnes incarcérées et qu’on leur fournissait une cuisine et un supermarché, ça règlerait le problème. Les gens qui se font arrêter perdent souvent leur emploi (alors qu’ils ne sont encore coupable de rien) alors ils n’ont pas d’argent pour payer leur nourriture.

Pour ce qui est d’être soigné, c’est une farce. Il y a déjà eu une erreur grave sur ma prescription et j’ai dû attendre six semaines pour voir un médecin. J’ai même fait une demande car je faisais une dépression et après 3 mois je n’avais vu personne. Pour les soins dentaires, c’est pour les urgences (extraction) et au CFF il n’y avait même pas de dentiste à la fin.

Dans les prisons provinciales il est impossible d’obtenir des lunettes. J’y ai été un an à avoir de la difficulté à voir. Il y a des gens qui sont dans des prisons provinciales pendant 4 – 5 ans sans avoir de lunettes ou voir un dentiste.

Un idiot a même mentionné que ce n’était pas juste car ils peuvent rencontrer une infirmière sur place! Il me semble que c’est normal, ils ne peuvent pas sortir. Les gens sont trop cons.

Les personnes incarcérées lavent leur literie et vêtements eux-mêmes.

Il n’y a plus de piscines depuis des années en prison.

Il ne faut pas aussi croire toutes ces histoires sur la facilité de faire des études en prison. C’est peut-être vrai pour terminer son secondaire ou apprendre un métier comme maçon ou carrossier et même ça ce n’est plus aussi facile. Pour ce qui est d’études universitaires, il faut trouver une formation possible à faire sans aller en classe et en n’ayant pas accès à Internet. Et il faut payer ces études de sa poche (pas accès aux prêts et bourses). Encore difficile de payer des cours de 300$ lorsqu’on gagne moins de 5$ par jour et qu’il faut payer pour le téléphone, les produits d’hygiène, papier, crayons, timbres etc. Il est plus facile de faire des études lorsqu’on est libre.

Pour ce qui est de Magnotta, ce qu’il raconte est un paquet de conneries. Il trouve peut-être la nourriture merveilleuse car il ne mangeait pas dehors. La bouffe en prison est loin d’être bonne et copieuse. C’est vrai que s’il travaille dans la cuisine, c’est différent. Habituellement les gens peuvent y manger à volonté.

Les portes des cellules sont barrées la nuit et pendant les comptes. Les portes des secteurs où il est sont barrées en tout temps. On est loin du 90%.

Il ne faut pas devenir fou parce qu’un détenu se fait bronzer. La loi oblige les autorités à donner au moins une heure de sortie par jour et les autorités ne peuvent pas (encore) empêcher le soleil de briller au-dessus des prisons.

Les soins de la peau, ça doit être quelque chose comme de la lotion qu’il achète sur la cantine. Rien d’extraordinaire.

Magnotta ne pourra pas recevoir de visites dans une « roulotte ». Il fait peut-être croire ça à ses correspondants pour obtenir de l’argent. Les visites conjugales sont disponibles seulement dans les prisons fédérales et pour les gens qui vivaient ensemble avant leur arrestation pour permettre aux détenus de garder contact avec leur famille. C’est prouvé qu’un détenu qui a gardé contact avec sa famille aura moins de risque de récidive.

La cafétéria sert de la pizza quelques fois mais la plupart des gens dehors n’en mangeraient pas.

Lorsque les gens arrivent dans une prison provinciale, ils peuvent passer deux semaines à dormir sur le plancher dans un petit local avec 15 autres personnes. Pendant ces deux semaines ils mangent des sandwichs, ont de la difficulté à prendre des douches et il faut quelques fois qu’ils lavent les vêtements qu’ils portent dans un évier car ils n’ont pas d’autres vêtements. Et ils ne sont coupables d’aucun crime encore.

Pour certaines personnes, c’est la définition du paradis.

J’ai vécu la prison et j’ai la conviction que lorsque tu traites les gens comme des êtres humains, ils voudront agir comme des êtres humains. Beaucoup de gens ont eu une vie difficile et lorsqu’ils arrivent en prison, ils sont mal en point. Si on les soigne et qu’on leur montre ce que c’est de vivre d’une façon digne, ils verront que c’est possible et voudront devenir des membres actifs de la société. Si on les traite comme des chiens, ils n’auront pas l’impression que c’est à leur portée.