Il y a plus d’une semaine j’ai envoyé une lettre à mon frère qui est à présentement à la prison de Rivière-des-Prairies (RDP). Avant son incarcération il me disait que depuis qu’il avait quitté sa thérapie,  la dame avec qui il était déjà parti sur la dérape (tous les deux s’injectaient de la cocaïne) l’appelait plusieurs fois par jour pour lui dire qu’elle avait besoin de lui. Ça le rendait fou.

Pendant son incarcération j’ai appris que tout ça n’était que mensonges. J’ai communiqué avec les filles de l’amie de mon frère et elles m’ont envoyé des copies de messages où mon frère suppliait leur mère de revenir avec lui, qu’il s’ennuyait tant d’elle que ça lui faisait physiquement mal.

Donc dans cette lettre que j’ai envoyée à mon frère j’ai mis une copie des messages que j’avais reçus des filles de la dame en question. Je voulais qu’il comprenne que j’étais tanné (las) qu’il me prenne pour un imbécile et que plus jamais je ne pourrais croire ce qu’il me raconte. Il comprendrait pourquoi je lui dirai non à l’avenir. Quand il consommait je m’attendais à ce qu’il me mente. Mais là il était sobre et me mentait. Pas cool du tout.

Aujourd’hui l’enveloppe que j’avais envoyée m’est revenue. Il était écrit: “Courrier non accepté. conversations texte (sic)”.

C’est typique de RDP, des décisions qui ne font absolument aucun sens.

Si j’avais écrit à la main: “ta pas-pute a dit telle chose et ses filles ont dit telles choses”, ça aurait passé. Si je l’imprime, ça devient quelque chose d’irrecevable. Ces gens n’ont pas de cerveau et ne font qu’appliquer (et interpréter) des règles qui ne font pas toujours (souvent) du sens.

Je ne suis pas en prison, ça ne me dérange pas trop. Il y avait quand même des documents dans cette enveloppe que mon frère attend. Quand on est en prison, ce n’est pas évident de se débrouiller et lorsqu’on fait tout pour s’arranger avec toutes ces règles qui nous mettent des bâtons dans les roues, ces gens s’amusent à ne même pas respecter leurs propres règles.

Ce ne sont pas tous les employés de la prison qui sont comme ça mais certains se foutent totalement des ennuis qu’ils occasionnent aux prisonniers et d’autres y prennent un malin plaisir. Des imbéciles il y en a partout mais le problème avec la prison est que les imbéciles se retrouvent avec un grand pouvoir sur des gens.

* * * * *

Un de mes “colocs” a eu une visite de sa grand-mère qui était venue de très loin. Elle avait fait une dizaine d’heures d’autobus pour venir le voir. Les employés à l’accueil l’ont refusée car mon coloc s’était trompé dans l’année de la date de naissance de sa grand-mère lorsqu’il l’avait ajoutée sur sa liste de visiteurs. Donc elle a dû quitter parce que sa date de naissance sur les cartes d’identification qu’elle a montrées ne correspondait pas à celle écrite sur leur formulaire.

Bien entendu ça a pris plusieurs jours à mon coloc pour apprendre ça et le temps qu’il remplisse un nouveau formulaire et qu’on l’approuve, sa grand-mère était retournée chez elle.

C’était quoi le risque pour la sécurité? Peu importe tout ce qu’on pourra dire, que pourrait-il bien se passer lorsque tu ne peux que voir les visiteurs au travers d’une vitre?

* * * * *

C’est important de comprendre que RDP ne permettait de faire entrer des choses qu’une seule fois par saison. Si on se faisait arrêter et que quelqu’un amenait des vêtements le lendemain, il fallait attendre la prochaine saison pour se faire amener autre chose. C’est difficile car si quelqu’un de la famille, en pensant bien faire, décidait d’amener quelques vêtements à quelqu’un avant qu’il l’ait demandé, ça l’empêchait soudainement de recevoir les choses importantes qu’il pourrait avoir besoin (une radio, des vêtements, des livres etc.)

Je suis arrivé à RDP le 3 juin 2007. Pendant l’été j’ai utilisé un ordinateur pour consulter ma “preuve”. J’ai aussi sauvegardé des documents localement sur l’ordinateur. J’ai écrit des dizaines de pages de documents.

Il ne faut pas croire que ce soit quelque chose d’exceptionnel de pouvoir travailler sur son dossier. C’est à peine le minimum. À RDP il y avait un seul code criminel pour toute la prison. Si je voulais consulter un article du code criminel c’était toute une histoire. Parfois le code criminel était à la bibliothèque (et elle était presque toujours fermée) et d’autres fois à l’endroit où étaient les ordinateurs pour consulter la preuve.

Toutes les prisons où j’ai été aux États-Unis avaient des ordinateurs où on pouvait consulter toutes les lois imaginables et toutes les décisions de la Cour depuis le début des temps. Par exemple si je voulais savoir ce qu’était la vraie définition d’un complot de production de drogue, je faisais une recherche et ça me sortait des trucs datant de la prohibition car à ce moment il était illégal de produire de l’alcool et beaucoup de décisions de la Cour fédérale américaine sont basées sur des précédents aussi vieux que ça. À RDP les seuls exemples de complots que je pouvais trouver c’était aucun. Je n’avais que la définition du Code criminel (seulement quelques mots).

À RDP j’ai fait une demande pour obtenir des disquettes pour pouvoir garder une copie des documents que j’écrivais. On m’a dit que je pouvais en recevoir si quelqu’un inscrit sur ma visite m’en amenait. J’ai donc demandé à mon père de m’apporter des disquettes avant la fin de l’été. Il est venu me visiter quelques jours avant la date limite. On m’a appelé à la visite. Comme je n’avais jamais de visite, je savais que c’était mon père.

Lorsque je suis arrivé à la “visite” j’ai demandé à la personne en charge de mes effets personnels si tout était OK pour recevoir mes disquettes (c’était super important pour moi). Il m’a dit que tout était beau. Je suis ensuite allé à la visite. J’ai demandé aux agents là, si tout était beau pour recevoir des disquettes. Je me suis fait encore répondre que c’était OK.

J’ai discuté avec mon père pendant quelques minutes. Il était surtout venu pour m’apporter certaines choses. C’est beaucoup plus facile de se parler au téléphone que de se parler au travers d’une vitre avec plein de gens qui crient autour de nous.

Quelques jours plus tard j’ai appelé mon père. Il m’a dit que lorsqu’il avait voulu laisser les disquettes, on lui avait dit que j’en avais déjà (complètement faux). Il était donc reparti avec les disquettes.

J’ai donc demandé pour me faire envoyer des disquettes par la poste. Ça faisait un bout de temps que j’étais “représentant” pour le secteur et que j’allais aux activités (école, bibliothèque etc.) presque à tous les jours. Tous les gardiens me connaissaient. Le “responsable”, un imbécile appelé Lévesque (nom pas changé), m’a dit qu’il faudrait que quelqu’un revienne à la visite. J’ai eu beau lui dire que mon père était parti pour la Floride, il s’en foutait totalement. Tout ça était de la faute des idiots qui travaillaient à la visite mais il s’en foutait. C’était quoi le risque “sécuritaire” de me faire envoyer des disquettes dans une boîte scellée par la poste? L’absent intellectuel ne faisait que suivre les procédures que lui-même avait établies. On s’en fout que ça ne fasse pas de sens si c’est écrit.

C’est une des raisons pourquoi je n’ai pas oublié son nom, les gens qui détruisent ma vie par plaisir occupent un place privilégiée dans mes souvenirs (crisse d’imbécile). Vraiment ce Lévesque, je vais m’en souvenir toute ma vie, un estie de gros cave. Je ne sais pas si c’est encore lui qui y est mais c’est lui qui a tracé la voie, le roi des cons.

* * * * *

Pendant que mon père était en Floride j’ai demandé à mon frère de m’aider. Il habitait maintenant à Montréal près de RDP. Je lui ai fait une liste de choses à m’acheter. Il est venu me voir à la visite et j’ai voulu lui faire émettre un chèque. J’avais déjà demandé aux autorités pour faire envoyer un chèque à ma famille et on m’avait dit que le seul moyen c’est par un visiteur et à RDP ce n’est que la visite immédiate qui peut venir à la visite. Je me suis donc arrangé pour que mon frère vienne dans le jour pour être sûr que la personne qui émette les chèques soit là. Malheureusement la personne avait décidé de prendre congé ce jour-là. Si mon visiteur était venu de la Gaspésie pour ça, ça serait devenu compliqué (en fait impossible). Mon frère est donc revenu une autre fois. Il a reçu les chèques (un pour payer les choses que je lui avais demandé et un autre pour envoyer à mes enfants).

Mon frère est parti sur la rechute et j’ai tout perdu. Il a été arrêté un peu plus tard et s’est retrouvé en prison.

J’avais encore besoin de certaines choses, ça faisait 7-8 mois que j’étais là. J’ai appelé mon ex qui habitait près de chez moi sur la rive-sud de Québec pour lui demander si elle pouvait aller chercher certaines choses à ma maison et les envoyer à quelqu’un à Montréal. Elle était d’accord. J’ai donc fait une demande officielle pour faire ajouter quelqu’un qui n’était pas de ma famille sur ma liste de visiteurs car je n’avais pas de famille à Montréal.

Un gardien a fini par m’appeler pour me donner la réponse officielle. Ça ressemblait à ça :

Gardien : On a refusé ta demande car tu dis ne pas avoir de famille à Montréal alors que ton frère habite près d’ici.

Moi : Ben oui il habite près d’ici. Je suis dans le G3 et il est dans le G5!

Ces gens sont assez intelligents pour savoir que j’ai un frère à Montréal mais trop cons pour savoir qu’il était dans leur prison.

C’est peut-être pourquoi ils sont si prudents. Ils savent qu’ils sont stupides et ont donc peur de faire une erreur à propos de quelque chose qu’ils ne sont même pas en mesure de comprendre.

* * * * *

J’étais accusé de complot. En novembre 2007 tous mes présumés co-conspirateurs (dont mon ex-femme) ont été acquittés. Comme on ne peut pas être coupable d’un complot lorsqu’on est seul, j’ai demandé à mon ex-femme de m’envoyer une copie de la décision du juge. Mais je la connais, elle comprend souvent de travers et je n’ai jamais réussi à avoir ce que j’avais demandé de sa part. Si elle avait été acquittée c’était en partie parce que j’avais travaillé fort pour expliquer à son avocat les lois et les faits à propos de nos accusations.

Comme je me doutais qu’elle ne le ferait pas, j’ai aussi demandé à mon avocat de m’en envoyer une copie.

Comme mon avocat n’avait jamais fait quoi que ce soit pour moi (longue histoire) j’étais presque sûr qu’il ne m’enverrait rien. J’ai donc appelé l’avocat de mon ex pour lui en demander une copie.

Je n’ai rien reçu. C’est pas mal mon histoire, j’ai un plan A, B et C et ça ne marche pas. Aujourd’hui les gens sont surpris quand ils voient que j’imagine toujours comment ou pourquoi les choses ne fonctionneront pas. Mon fiscaliste me dit que je suis sûr de gagner ma cause contre Revenu Canada mais je ne le crois pas, quelque chose va arriver.

Des mois plus tard je suis allé voir le gardien qui s’occupe des effets personnels car j’avais besoin de quelque chose et il a amené ma boîte. J’y ai trouvé une copie de la décision à propos de mes co-conspirateurs.

Vraiment ça me dépassait. J’ai besoin de documents pour ma défense, je me casse le cul pour m’arranger car les gens dehors ne comprennent pas ce qui se passe en prison, ils ne savent pas que tout est compliqué et malgré tous mes efforts ces robots sans cervelle mettent le document dans une boîte dans un entrepôt. En quoi ça pouvait m’être utile?

* * * * *

Plus de la moitié des gens en prison sont en attente de procès. Ils sont présumés innocents. Parmi ces gens il y en a qui ne sont pas coupable du crime qu’on les accuse d’avoir commis. On les garde en prison et on reporte leur cause à chaque fois qu’ils passent en Cour. Il est à peu près impossible de parler à son avocat lorsqu’on est en prison et il m’est déjà arrivé de passer trois fois de suite en Cour sans le voir (on oubliait de me faire monter, on m’amenait trop tard ou mon avocat ne venait même pas).

En plus des conditions qui sont horribles, il faut se battre contre un système qui est fait pour rendre fou. Alors coupable ou non, lorsqu’un prévenu se fait offrir « temps fait » s’il plaide coupable, il accepte souvent. Tout pour sortir de là.

* * * * *

Je sais que la sécurité est importante en prison et qu’il y a des raisons pour certaines choses. Mais ces gens justifient leurs conneries en disant que c’est pour la sécurité et que c’est “écrit” alors qu’il y a des failles énormes dans leur sécurité. C’est comme si on se mettait à dix pour surveiller une fenêtre scellée pendant que la porte arrière est ouverte et laissée sans surveillance. 

Un exemple est la paire d’espadrilles sur la photo. C’était connu de tout le monde en prison. Un nouveau arrive et les gens savent qu’il va pouvoir recevoir des vêtements. Les gens vont le voir et lui offre un “deal”. En échange d’un peu de drogue, ils vont faire envoyer une paire de Nike Shox à quelqu’un de sa famille pour ajouter à aux effets que le nouveau recevra. Sur les modèles de 2007 chacun des “ressorts” (shocks) était vide. Une personne habile coupait les ressorts et les emplissaient de drogue et recollait le tout. D’autres amenaient des chaussures chez un cordonnier et faisaient vider les semelles pour les remplir de drogue.

Il me semble que ça aurait été si simple d’avoir un chien qui aurait reniflé les effets personnels avant de les donner aux prisonniers. Mais non. Trop simple et logique je suppose. C’est préférable d’empêcher une grand-mère de voir son petit-fils au travers d’une vitre parce qu’il y a une erreur de chiffre sur un formulaire.