Je suis présentement à la recherche d’un avocat criminaliste pour me représenter auprès de la Cour Suprême. J’explique la situation brièvement dans les prochaines lignes.

En janvier 2008 la Cour d’appel a rendu une décision dans mon dossier. Elle annulait quelques décisions importantes de la Cour Supérieure et je me retrouvais avec un seul chef d’accusation sur lequel je devais être extradé. La décision précédente (qui a été annulée) de la Cour Supérieure m’avait empêché de présenter certaines preuves que personne n’a donc entendues jusqu’à maintenant. Entre-temps tous mes présumés co-conspirateurs ont aussi été acquittés. Je ne pouvais donc pas être coupable d’un complot (le seul chef restant).

J’ai donc demandé la permission à la  Cour Suprême de faire appel. On me l’a accordé et je devais présenter un mémoire avant le 17 mars 2008.

Mon avocat n’a jamais envoyé le mémoire. J’ai demandé un délai au ministre de la Justice pour me donner le temps de trouver un autre avocat. On m’a répondu de m’adresser à la Cour Suprême pour demander un délai. J’ai donc appelé à la Cour Suprême où on m’a dit que j’avais tout mon temps pour me trouver un autre avocat. J’ai aussi envoyé une lettre pour confirmer le tout. J’ai trouvé une avocate qui a commencé à rédiger le mémoire.

Le 23 avril 2008 j’ai été extradé.

J’ai écrit à la Cour Suprême pour savoir ce qui s’était passé. On m’a répondu que le procureur leur a écrit un jour pour les aviser que j’étais parti. La Cour Suprême n’avait rien à y voir.

J’ai écrit au procureur pour qu’il m’explique. J’aurais laissé un message sur sa boîte vocale demandant à être livré aux autorités américaines! Il est impossible de laisser des messages dans des boîtes vocales à partir de la prison où j’étais.

L’avocat qui m’avait laissé tomber a avisé la Cour Suprême que je me désistais de mon appel!

La Cour Suprême m’a conseillé de me trouver un avocat pour trouver quels pourraient être mes recours. J’essaie donc, depuis des années, de trouver un avocat qui m’aidera. L’aide juridique de ne me répondait pas, les avocats ne me répondaient pas et la Commission des services juridiques me disait que je n’avais pas le droit à l’aide juridique parce que je n’étais pas résident du Québec.

Maintenant je veux faire une poursuite au civil pour cette extradition alors qu’on me confirme (voir mon histoire) que je n’ai enfreint aucune loi. On me dit que c’est difficile car comme je n’ai pas présenté d’appel à la Cour Suprême, c’est comme si j’avais accepté la décision de la Cour d’appel.

J’ai donc besoin d’un avocat qui accepte l’aide juridique qui présentera cet appel à la Cour Suprême. Il n’est pas question qu’on me dise que “j’accepte” la décision de la Cour d’appel. Peut-être que la Cour Suprême refusera de m’entendre, l’important est de manifester mon désaccord.

Je vous demande donc de m’écrire à admin@lacloture.ca si vous pouvez m’aider ou de partager ce billet.