Je voulais raconter une anecdote à propos d’un programme aux États-Unis où ils prennent des adolescents problématiques et leur font visiter une prison. J’en avais vu quelques extraits à la télévision américaine (il semblerait qu’en prison les détenus aiment écouter des émissions sur la prison) et on voyait que les détenus faisaient exprès pour faire peur aux jeunes. Il y avait souvent une alerte pour que tout le monde se jette par terre et on voyait les détenus qui en profitaient pour dire aux adolescents qu’ils avaient hâte de les voir lorsqu’ils viendraient faire du temps pour vrai etc. Franchement j’aurais eu peur.

J’ai donc fait une petite recherche sur youtube pour trouver un vidéo qui en parle mais il semblerait qu’il y a maintenant des programmes plus durs encore. Une émission de télévision qui s’appelle “Beyond Scared Straight” en présente quelques cas. Je vous ai mis le premier extrait que j’ai trouvé. Je n’ai pas réussi à l’écouter jusqu’à la fin. Je sais que les détenus en mettent et que ce n’est pas aussi grave mais c’est dans des endroits comme ça que j’ai “résidé” aux États-Unis. Juste de regarder le décor, entendre le son des portes, voir les gardiens, les gens qui crient… c’était trop. On dirait que tout y est différent, les odeurs, les sons, la lumière, la pression de l’air etc. Je m’y suis retrouvé un peu trop, c’était comme si j’y étais retourné. Ça ne peut pas être reproduit en studio de cinéma.

Il faut comprendre que ce n’est pas toujours comme ça mais que ces gens sont capables de faire ce qu’ils menacent de faire et que ça peut arriver n’importe quand. Il y a toujours cette tension, cette oppression. Des gens qui se font battre parce que quelqu’un imagine qu’ils ont volé un petit contenant de confiture. Les malentendus escaladent très vite. Et même si ce n’est pas à nous que ça arrive, c’est très déplaisant.

Dernièrement j’ai eu des nouvelles d’un gars qui a fait du temps avec moi aux États-Unis. Il y a servi une petite sentence selon les normes américaines (trois ans) mais il m’a raconté qu’il a beaucoup de difficulté à se réintégrer. Malheureusement la prison ne nous apprend pas à vivre en bon citoyen. Elle détruit l’humanité qui est en nous et la confiance qu’on peut avoir envers à peu près tout le monde. À notre sortie on doit se reconstruire, désapprendre ce qu’on a eu besoin d’apprendre pour survivre en prison.

J’arrive à l’anecdote que je voulais raconter: en prison aux États-Unis j’ai rencontré Roger. Il faisait le trafic de pot entre le Québec et la Virginie. De grosses quantités. Un jour il a appris que son fils avait passé la frontière avec de l’ecstacy. À ce moment le prix de cette drogue était cinq fois plus cher aux États-Unis. C’était une petite quantité mais Roger n’était pas content. Il a inscrit son fils sur une de ces “visites” de prison pour lui faire peur. Il semblerait que ça a fonctionné mais Roger, lui, a continué son trafic.

Un an plus tard Roger s’est fait arrêter. Il s’est retrouvé dans la même prison qu’il avait “visité” avec son fils. Un détenu lui a dit à son arrivée : “Hé je t’ai vu l’année dernière ici, il semble qu’on ne t’a pas fait assez peur!” Roger n’étais pas fier de lui .

En bonus je vous ai mis un petit vidéo qui m’a faire rire. Ça m’a tellement rappelé la prison car c’est comme ça que ça se passe. Si tu as un problème avec quelqu’un, il t’invite à aller dans un endroit sans caméra pour qu’on “règle ça”. Comme si se battre allait régler quoi que ce soit. Eh bien, ça s’est passé entre un avocat et un juge. C’est trop drôle :

https://www.youtube.com/watch?v=Udh_Cl40n7E

Ce juge s’est défendu en disant qu’il avait eu une mauvaise journée. Et les gens à qui il donne une sentence, est-ce que cet imbécile se demande ce qu’ont été les circonstances qui a amené leur présence en cour?