Quand il arrivait des blancs à la prison on leur demandait d’où ils venaient car nous n’étions pas beaucoup et qu’il y avait des chances qu’on tombe sur un canadien ou un québécois. Donc un jour est arrivé ce grand monsieur mince avec les cheveux et la barbe blanches. Il paraissait mieux que celui sur la photo (et pas de chapeau). Je suis allé le voir et j’ai appris qu’il était finlandais. Il correspondait pas mal à l’idée qu’on se fait des gens de cette région du monde. Le teint pâle, mince et les yeux très bleus. En plus c’était un capitaine de bateau. C’était le cliché sur deux pattes.

Dans le même genre il y avait aussi deux frères écossais. Ils étaient bien drôles et sympathiques mais différents l’un de l’autre. Un des deux allaient souvent dans le trou car il engueulait le directeur de la prison etc. Ils avaient près de 60 ans (et pas en forme) et étaient logés dans le secteur à côté du mien (celui où je pouvais aller quand je voulais car la porte entre nos secteurs était débarrée). Ces deux frères se détestaient et quelques fois les gens devaient les séparer car ils voulaient se battre. Il y avait aussi un irlandais dans mon secteur et les écossais disaient qu’il était OK parce qu’il était protestant.

Je me souviens d’un jour où l’écossais coléreux est sorti du trou et qu’il me racontait que normalement il aurait dû arrêter de travailler à la cuisine pour aller enseigner l’anglais mais… Là je l’ai interrompu et je lui ai dit : “mais ils se sont aperçus que ce n’est pas anglais que tu parles”. Il prenait ce genre de blagues en riant.

Les deux frères ont fini par avoir leur transfert vers l’écosse (leur relation avec l’Angleterre était un peu bizarre, ils disaient qu’ils n’étaient pas anglais mais aimaient beaucoup la reine et lui envoyaient même des cartes à Noël).

Quelques mois après leur transfert un détenu du secteur des écossais (un gars du Venezuela, on les appelle “chamo”) a été appelé au R&D (Receiving and Dismissal, où on arrive et on quitte). Cet endroit s’occupait aussi du courrier. Alors chamo arrive là et les gardiens commencent à lui poser des questions à propos d’un capitaine : “Quel capitaine tu connais?” Chamo répond qu’il n’en connait pas. Les capitaines sont dans les plus haut gradés de la prison. Les gardiens insistent. Ils font venir des gens de la sécurité (S.I.S., c’est comme la police des polices, c’est grave). Il se fait poser encore des questions. Le pauvre gars ne comprend rien.

Ils finissent par lui dire qu’un des écossais lui a envoyé une lettre où il est écrit : “tu diras au capitaine que je vais l’attendre à sa sortie”. Ils voulaient savoir quel capitaine de la prison l’écossais connaissait ou si c’étaient des menaces.

Chamo comprend tout à coup et leur explique qu’un des écossais était ami avec un capitaine de bateau que tout le monde appelle ainsi parce que personne n’est capable de prononcer son nom. Après plein de vérifications, ils l’ont laissé partir. Il a été chanceux. Des gars se font mettre dans le trou pour moins pour “investigation”. Il y a des gars dans le trou pendant des semaines sans savoir pourquoi ils sont là, ils se font relâcher sans explications.