Premièrement je dois vous aviser que je n’ai jamais “résidé” à la prison de Bordeaux. Les informations (et les images) que je partage avec vous viennent d’un vidéo que j’ai trouvé sur youtube à : https://www.youtube.com/watch?v=kVJMIJi0I6Q. J’ai aussi beaucoup entendu d’histoires sur cette prison par des détenus et des gens qui y ont travaillé.

Comme vous pouvez le constater cette prison est en forme d’étoile. Comme cette prison a été construite en 1912, il y a des choses qui ont changé depuis mais la raison pour construire avec cette architecture est que ça permettait de surveiller toute la prison depuis un point central. Cette tour de contrôle au milieu permettait de voir dans tous les secteurs.

Bordeaux-10

C’est la vue que les gardiens avaient de tous les secteurs. Il y avait trois étages avec 30 cellules individuelles de chaque côté pour un total de 180 détenus dans chaque secteur. On me disait que c’était comme un petit village. Selon le documentaire, il resterait encore des secteurs comme celui-ci. Lorsque j’étais à RDP (Rivière-des-Prairies) il y avait des gars qui arrivaient du A de Bordeaux car on le fermait pour des rénovations. On me disait que c’était l’enfer. Les pigeons volaient dans le secteur et il n’y avait plus de vitres à certaines cellules.

Bordeaux-9

Les cellules avaient l’air de ça:

Bordeaux-3

Les rénovations ont divisé les secteurs en plusieurs plus petits comme celui-ci :

Bordeaux-12

Et les cellules sont maintenant doubles :

Bordeaux-13

Une des cours extérieures avec une omniprésente caméra.

Bordeaux-11

Mais il y a quelque chose dans ce reportage qui m’a viré à l’envers. Ça m’émeut et me fâche encore :

Bordeaux-7

C’est là qu’on pendait les gens. Il y a deux potences à Bordeaux car quelques fois on pendait quatre personnes le même jour. Les gens qui venaient de Bordeaux me disaient qu’on voyait la potence à partir de la cour. Les gars n’aimaient vraiment pas ça.

Bordeaux-4

Ça fait tellement bizarre de voir des paniers de basketball et l’endroit où on pendait les gens juste sous les yeux des détenus. Lorsqu’on a fait de la prison c’est quelque chose qui vient à nous pénétrer l’âme. Ce respect pour toutes les personnes qui ont été exécutées. Ça fait partie de notre essence même. C’est bizarre car ce n’étaient pas des anges qu’on exécutait mais c’était quand même des êtres humains. Il y avait une règle importante dans les prisons du Québec : on n’avait pas le droit de siffler. Il paraîtrait que c’est parce que les gardiens sifflaient lorsqu’ils allaient chercher un condamné à mort pour le pendre.

Qu’on soit coupable ou non, lorsqu’on fait un séjour en prison et qu’on a un tant soit peu de lucidité, on voit bien que la différence entre les gens qui sont en prison et ceux qui n’y sont pas n’est quelques fois qu’une question de chance.

D’après ce que j’ai entendu de différentes sources la sécurité y serait moins resserrée qu’à RDP. Il y aurait aussi plus de programmes.

Détail intéressant : cette prison ne s’est jamais appelée Bordeaux. On la nommait ainsi au début car il y avait deux prisons à Montréal et celle-ci était située dans le village de Bordeaux. Elle s’appelle officiellement Établissement de détention de Montréal.

Il y a aussi un article intéressant sur wikipedia à
http://fr.wikipedia.org/wiki/Prison_de_Bordeaux.