Des gens m’ont demandé de raconter des anecdotes comiques à propos de la prison. Voici donc la première :

Aux prisons que j’ai “fréquentées”, lorsque quelqu’un avait quelque chose à dire à quelqu’un d’autre, il fallait normalement qu’il passe par la “hiérarchie” de nationalité. Si un cubain a un problème avec un dominicain, il fallait normalement qu’il en parle avec le “chef” des cubains qui en parlait au “chef” des dominicains qui en parlait à son tour à la personne concernée.

Si un nouveau arrivait et ne se lavait pas les mains après être allé aux toilettes, quelqu’un allait parler à son “boss” qui s’arrangeait pour que ça ne se reproduise pas. Il y a plein de règles comme ça qu’il faut respecter. Je compte bien un jour en faire une liste. Les règles au Canada et aux États-Unis sont différentes.

Comme nous n’étions pas beaucoup de blancs (il y a des hispaniques plus blancs que moi mais les américains les classent comme des “hispaniques” et moi j’étais un “blanc non-hispanique”). Pour les autres détenus, nous les blancs (que ce soit d’Europe ou ailleurs, on était “classés” pas mal tous ensemble. À la fin j’étais le seul blanc (le seul canadien, le seul francophone) dans un secteur de 61 gars mais il y avait 64 autres gars dans le secteur avec qui nous étions jumelés (on pouvait passer d’un secteur à l’autre en tout temps sauf la nuit, ça nous donnait accès à d’autres télés). Quand il y avait un problème avec un blanc, on venait souvent me voir.

Ce que je vais raconter est arrivé souvent mais cette fois-là a été la plus comique.

Il est arrivé un gars de Toronto dans le secteur à côté et il était très extraverti. Il avait l’air presque heureux d’être là. Heureusement qu’il était dans une prison “low security” car il se serait mis les pieds dans les plats. Quand tu es nouveau en prison tu ne commences pas à faire des blagues et à taquiner des gens que tu ne connais pas à propos de tout.

Quelques heures après qu’il soit arrivé, Shrek (un gars de la Guyane grand, gros et chauve avec de petites oreilles) est venu me voir en courant “Daniel! Daniel!” Et là il m’a raconté ce qui s’est passé :

Dans cette prison les douches sont une à côté de l’autre en une rangée de six ou sept. Le nouveau était là et se préparait à prendre une douche lorsque Shrek est arrivé lui aussi pour prendre une douche. Le nouveau a baissé ses culottes à ses chevilles et, avec le sac à médailles au vent et le cigare à moustaches qui pendait, lui a tendu la main en se présentant : “Salut! Mon nom est David, heureux de te rencontrer!”

C’était trop pour le pauvre Shrek, voir des amourettes et du saucisson kosher (David était juif), ce n’était pas pour lui. Il est parti sans demander son reste.

C’est la règle dans les prisons américaines, on ne veut pas voir tes fesses. Il faut entrer dans la douche, se déshabiller derrière le rideau, prendre sa douche et se rhabiller AVANT de sortir.

C’est arrivé avec la plupart des nouveaux “blancs”. Il fallait que je leur parle après qu’ils se soient exposés la fente à tire-lire. Ça surprenait toujours les gars quand je leur disais de ne pas faire ça. Chez nous, c’est normal d’être nu dans un vestiaire. Je ne sais pas comment c’est pour les autres lorsqu’ils sont dehors, mais en prison ils n’apprécient pas. Alors si tu ne veux pas leur manquer de respect, tu ne montres pas tes fesses, c’est ton jardin secret. J’avoue que j’ai hâte que quelqu’un les voit, mes fesses . Pour savoir si elles plaisent autant qu’avant.

P.S. J’ai cherché une photo d’homme nu dans la douche ou près d’une douche et c’est incroyable le nombre d’images pas joyeuses que j’ai dû regardées. J’en ai encore des frissons.