Lorsque je suis passé devant la Comité des libérations conditionnelles, les commissaires m’ont dit que je n’aurais pas de dossier parce que je n’avais pas d’accusation au Canada.

Quand je suis arrivé chez Opex (centre de recherche d’emploi pour les ex-détenus fédéraux), on m’a dit de m’informer au plumitif du palais de justice. Là-bas on m’a appris qu’il n’y avait absolument rien à mon nom: pas d’arrestations, accusations etc. Ça m’a donné confiance parce que j’ai travaillé longtemps au gouvernement provincial et j’étais déjà inscrit dans trois banques de candidatures. Si quelqu’un au gouvernement voulait m’engager, il pourrait le faire facilement. Je savais aussi que Revenu Québec recherche beaucoup de monde en informatique et fait même du recrutement en France présentement. J’ai aussi été avisé par Revenu Québec que j’étais dans leur banque de candidatures. Par contre je n’étais pas sûr si ma situation me permettrait de travailler au gouvernement.

Après avoir communiqué avec quelques anciens collègues, j’ai appris que certains ministères (dont Revenu Québec) demandent une confirmation d’antécédents criminels. Je me suis présenté à une compagnie privée qui délivre ce genre de rapport. Après 2 jours j’ai eu le résultat. J’ai été rejeté parce “une recherche effectuée au dépôt national d’information sur les casiers judiciaires maintenu par la GRC n’a pu être complétée”. Encore la GRC qui me met des bâtons dans les roues. Il a fallu que je refasse une demande avec empreintes digitales afin de savoir qu’est-ce qu’était le problème. J’ai fait cette demande au mois d’août 2013. Nous sommes en janvier 2014 et je n’ai toujours pas reçu de réponse.

Alors pour l’instant je ne postule pas sur des postes au gouvernement car je ne veux pas faire tous les déplacements à Québec (c’est compliqué car ça prend une permission spéciale à chaque fois que je dépasse 50 km), me faire peut-être engager, déménager et ensuite me faire dire que je ne peux pas conserver mon emploi. En effet il paraîtrait que les organisations engagent et font leur enquête après car s’ils attendent le résultat de l’enquête, la ressource qu’ils veulent engager se sera trouvée un emploi ailleurs. J’ai pourtant une liste de noms de personnes à contacter au gouvernement mais j’attends de recevoir ce fameux rapport.

Cette notion de dossier criminel est floue car c’est une expression qui n’est pas définie par la loi. Elle est donc utilisée à tort et à travers. Les compagnies d’assurance sont devenues très pointilleuses à ce sujet. Je peux comprendre car il y a des criminels qui ont abusé de la situation. Par contre je crois que les compagnies d’assurance exagèrent. Quelqu’un qui se met en couple avec un ancien criminel, perdra ses assurances pour sa maison et sa voiture. Ça sera très compliqué de résoudre la situation. Dans certains cas il peut être impossible d’assurer une maison. Par exemple si une personne vivant avec quelqu’un ayant un “dossier” veut acheter une maison elle risque d’avoir beaucoup de problèmes car il sera difficile d’obtenir un prêt d’une banque si elle ne peut pas assurer la maison.

Tout ça commence à m’épuiser, j’ai plusieurs documents de la GRC confirmant que je n’ai enfreint aucune loi mais la GRC semble ne pas vouloir que je me trouve un emploi. Ma vie ne sera jamais assez détruite pour eux.