Il fallait que ça arrive. J’ai eu toutes sortes de voisins depuis que je suis ici. Il y en a qui m’empêchaient de dormir toute la nuit avec leur musique.

C’est un immeuble pour anciens détenus encore en libération conditionnelle. C’est supposément pour dépanner et les gens ne peuvent être ici longtemps. Dans mon cas ça fera deux ans en mars, je dois être le plus ancien.

Souvent la police vient pour ramener des gens en prison. Ils consomment ou fréquentent d’autres criminels, je ne sais pas trop la raison car je ne parle à personne.

Depuis quelques semaines j’ai un nouveau voisin en haut. Je le sais toujours car les bruits changent. Alors depuis quelques semaines c’est plutôt étrange car j’entends des meubles qui bougent sans arrêt (très bruyant) le soir et même la nuit et dans le jour j’entends des bruits de rénovation (sableuse, planeur, etc.) Ce n’est pas si bruyant, c’est juste étrange.

Par contre j’entends parfois de la musique très forte qui fait vibrer mon bureau d’ordinateur. J’ai beau me mettre des écouteurs avec de la musique, quand j’ai l’impression de me faire donner des coups de pied au cul parce que ma chaise vibre trop, ce n’est pas plaisant.

Alors ce soir la musique forte a encore commencé. J’aurais dû être patient car (avec les nouveaux voisins) ça ne dure habituellement pas longtemps. On dirait qu’il y a trop de pression accumulée et j’ai pété un plomb. J’ai donné deux coups au plafond avec ma main.

J’ai entendu une porte claquer, quelqu’un qui descendait l’escalier bruyamment, des grands coups dans ma porte et quelqu’un qui criait.

J’ai mis mes pantalons (je suis toujours en bobettes) et je suis allé répondre.

Il y avait là un gars avec un pinceau dans la main, les yeux fous et la bave à la bouche.

Je ne sais pas pourquoi mais ces situations me donnent envie de rire, j’ai de la difficulté à ne pas éclater.

Le gars s’est mis à crier que la musique ne venait pas de chez lui (il dit que la musique ne venait pas de chez lui mais prétend qu’il avait entendu la musique lui aussi alors qu’il n’a pas d’autre voisin que moi) et que j’aurais dû vérifier avant de frapper. Il a aussi dit que j’aurais dû venir lui parler avant de cogner au plafond. Il avait raison. Pourtant la musique avait arrêté. Peut-être qu’un autre de mes voisins l’a entendu crier si fort qu’il a baissé sa musique.

Où il avait moins raison, c’est lorsqu’il me criait après avec son nez à 3 pouces du mien en postillonnant sur moi et me faisant des menaces qu’il ferait une plainte à mon propos car un bibelot chez lui était tombé parce que j’avais donné deux coups dans le plafond. Merde, avec tout ce qu’il faisait chez lui, tous les bibelots devaient être déjà sur le plancher.

Ce qui l’a encore rendu encore plus fou de rage, c’est le sourire que je ne pouvais enlever de ma face. Et ça me prenait un effort suprême pour ne pas éclater de rire.

J’ai essayé de lui dire qu’il avait beau faire des plaintes contre moi et que c’est lui qui se mettrait dans le trouble, il ne voulait pas m’écouter. C’est peut-être plate pour les gars qui ont l’air de criminels, mais, habituellement, on me fait plus confiance qu’à eux. Et je sais que l’attitude de ce gars-là ne l’aidera pas à rester longtemps hors de prison. C’est sûr que ce gars-là va y retourner, peu importe la raison. Si tu ne peux pas te maitriser lorsque tu es encore en libération conditionnelle et surveillé, ça va mal se terminer.

Ça m’a rappelé ce que la femme que j’ai fréquentée dernièrement me disait. Tant que je resterai ici, je serai toujours un ancien détenu, tout me rappellera mon passé. Elle avait bien raison. Je suis allé visiter un appartement cet après-midi de la Société d’habitation et de développement de Montréal. Un appartement qui est présentement en rénovation et qui sera super beau (j’ai vu le logement voisin) avec un prix bas et des voisins seuls (j’adore les enfants mais c’est un plus lorsque je n’en entends pas crier, pleurer, courir etc. au-dessus de ma tête). En plus c’est à 100 pieds de chez moi et j’adore ce quartier.

Il y a deux chambres, je pourrais donc avoir une chambre d’amis pour recevoir mes enfants (que je ne vois qu’une fois par année à Noël).

Le problème est que je ne suis pas le premier qui l’ait visité et que ça fonctionne « premier arrivé, premier servi ».

J’ai parlé à quelqu’un de la SHDM et il a mis mon application sur la liste. Il ne savait pas s’il y avait des gens qui avaient postulé avant moi.

Je sais que c’est l’appartement qu’il me faut mais je ne suis pas habitué aux bonnes nouvelles.

Si vous connaissez d’autres appartements avec des prix raisonnables, ne vous gênez pas pour me contacter.

AJOUT: J’ai finalement obtenu le bel appartement que je voulais. J’y emménage théoriquement le 1er avril.