Quand tu te dis en colère, j’entends que tu m’as aimé et que tu m’aimes encore comme je t’aime toujours. J’entends que tu es déçue que, malgré ce nous que nous connaissons, nous ne puissions passer par-dessus la seule incompatibilité entre nous.

Vraiment ça me tue.

Comme moi, tu t’éveilles avec nous dans tes pensées.

Comme moi, tu ne peux t’endormir lorsque ta tête, touchant l’oreiller, n’est pleine que de nous deux.

Comme moi, tu ne peux écouter des chansons d’amour ou regarder des comédies romantiques sans pleurer.

Comme moi, notre avenir te manque.

Comme moi, ce qui semble si logique, ce qui fait du sens, est ce qui te fait souffrir.

Comme moi, la seule personne qui pourrait te consoler, est celle qui te manque trop.

Comme moi, tu sais que ce qui est fou est ce qui fait que nous nous aimons.

Comme moi, imaginer la peine de l’autre ne fait qu’exacerber la tienne.

Comme moi, l’absence du corps de l’autre te pèse. Tout à coup il y a un vide, une présence que ta tête cherche pour se poser, des bras pour t’entourer.

Comme moi, sans pouvoir l’expliquer, tu sais que nous nous sommes reconnus, que ce n’est pas qu’amoureux ou sexuel.

Comme moi, ces dernières semaines ont été difficiles, réapprendre à vivre sans nous est un déchirement de tous les instants. Tout nous rappelle à nous. Tout nous fait pleurer.

Comme moi, tu espères pouvoir oublier car c’est trop difficile de nous imaginer sans l’autre.

Comme moi, tu ne veux pas oublier car ce que nous avons vécu est précieux. Il y a trop de choses qui sont intimes, trop de choses que nous, malgré notre âge, n’avons vécu avec personne d’autre et espérons toujours, avec un espoir un peu futile, pouvoir vivre avec quelqu’un un jour. Ce qui donnerait un jour un sens à ce que nous avons tous les deux vécu.

Comme moi, j’espère que tu te rappelles les beaux moments, que tu imagines notre rencontre comme un privilège, une fête, une chance, une ébauche de ce qui reste à venir.

Comme ces mots me semblent petits, comme j’aimerais avoir le talent de te dire, de t’expliquer, de trouver la façon d’exprimer…

Oui je t’aime. Tu as fait une différence dans ma vie et tu occuperas une place permanente dans mon cœur.